La base des Morts pour la France de Haute-Vienne construite par Canopé Limoges

14 064 Morts pour la France de Haute-Vienne liés à la Première Guerre mondiale

C’est à partir d’une exploitation des fiches des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale,  en ligne sur le site Mémoire des hommes du ministère de la défense, que la base des Morts pour la France de la Haute-Vienne a été confectionnée. Dans la base nationale des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale, le seul critère de recherche qui permet une réponse exhaustive est celui du département de naissance. Tous les autres critères de recherche ne sont pas exploitables car ils sont fondés sur une indexation collaborative.

Au moment de la confection de la base de la Haute-Vienne en mai 2014, le site Mémoire des hommes permettait d’obtenir 14 842 réponses pour le département 87. Ce total des réponses n’est pas le nombre de Morts pour la France nés dans le département de la Haute-Vienne : il faut y retrancher 222 réponses liées à des erreurs de classement au niveau du critère du département (les fiches sont classées Haute-Vienne, alors qu’elles proviennent d’autres départements…) ;  547 réponses liées à des fiches en double, plus rarement en triple (il s’agit souvent de fiches d’officiers) ; et enfin 9 réponses liées à des fiches créées postérieurement et sans image (il s’agit de quelques cas de combattants ayant obtenu la mention “Mort pour la France” suite  à un décès qui peut s’étaler de 1922 à 1949). Au final, il reste un ensemble de 14 064 Morts pour la France nés en Haute-Vienne et décédés entre le 5 août 1914 et le 23 décembre 1919.

Ce chiffre donne un ordre de grandeur des pertes pour le département de la Haute-Vienne (en données relatives il représente environ 1% du total des Morts pour la France et 3,7% de la population du département au recensement de 1911). Il sous-estime le total des morts car il faudrait y rajouter les combattants nés en Haute-Vienne et dont les fiches ont été classées par erreur dans d’autres départements (On peut estimer cette lacune à au moins 200 cas, par symétrie avec les erreurs inverses citées plus haut), et les combattants décédés mais qui n’ont pas obtenu la mention officielle  “Mort pour la France” (Au niveau national, le site Mémoire des hommes comporte 1 300 000 fiches individuelles de Morts pour la France et le site genealogie.com  estime à environ 100 000 les “non Morts pour la France” : proportionnellement cela représente environ 1 100 morts à rajouter au chiffre initial). En tenant compte de ces corrections, le véritable chiffre des morts de la Haute-Vienne est probablement de l’ordre de 15 300.

 

Félix Vallotton Cimetière militaire de Châlons 1917

Félix Vallotton, Le Cimetière de Châlons, huile sur toile, 54 x 81 cm, image de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BCDI).

L’exploitation pédagogique de la Base des Morts pour la France de la Haute-Vienne peut-être envisagée à partir de la déclinaison des différents critères de classement présents dans les fiches individuelles.

Plusieurs présentations des données de  la base seront proposées dans le cadre de ce site. Au fur et à mesure du déroulement du calendrier du Centenaire, il sera proposé des données de la base en fonction des dates de décès et des lieux de décès. Il sera ainsi possible de retrouver les grandes phases de la Première Guerre mondiale (bataille des frontières, grande retraite, bataille de la Marne, course à la mer, bataille de Verdun…) et les localisations du conflit ( cartes plus au moins détaillées de la ligne du font en France : du Pas-de Calais à l’Alsace, mais aussi en dehors du territoire national : Belgique, Italie, Grèce, Serbie, Turquie…).

Il sera également proposé des données de la base en fonction des communes de naissance  et des communes de transcription du décès. Dans cette seconde approche, on peut imaginer exploiter les informations de la base pour étudier les parcours individuels et collectifs des combattants présents sur le monument aux morts d’une commune. Les parcours militaires peuvent être précisés à l’aide de plusieurs critères : la date de naissance (elle indique la classe de recrutement), le centre de recrutement, le matricule de recrutement, le grade et le régiment.

Une troisième approche est également envisageable à partir du critère du genre de mort : de nombreux militaires sont morts sur le front “tués à l’ennemi”  ou “disparus”, par “blessures de guerre” ou de “maladie en service” (On peut par exemple suivre l’évolution de la fièvre typhoïde, de la grippe et de la tuberculose).  D’autres sont morts loin du front dans des camps de prisonniers, dans des hôpitaux, et parfois chez eux, des “suites de blessures” ou des “suites de maladies”.

Source : Luc Fessemaz, Base des Morts pour la France de Haute-Vienne.

Carte de la répartition des 14064 Morts pour la France nés en Haute-Vienne dans les 201 communes du département

 

Liste alphabétique de fichiers Excel comportant pour chaque commune de Haute-Vienne deux tableaux :

Tableau n°1 : Morts pour la France de la Première Guerre mondiale nés à … (colonne L)

Tableau n°2 : Morts pour la France de la Première Guerre mondiale dont les décès ont été transcrits à … (colonne M)

Attention ! De par la construction de la Base, le second tableau ne comporte pas les décès transcrits des Morts pour la France nés en dehors du département de Haute-Vienne.

MPLF Aixe-sur-Vienne ; MPLF Ambazac  ; MPLF Arnac-la-Poste ; MPLF Augne ; MPLF Aureil ; MPLF Azat-le-Ris ; MPLF Balledent ; MPLF Beaumont ; MPLF Beaune ; MPLF Bellac ; MPLF Berneuil ; MPLF Bersac ;  MPLF Bessines ; MPLF Beynac ; MPLF Blanzac ; MPLF Blond ; MPLF BoisseuilMPLF Bonnac ; MPLF Bosmie ; MPLF Breuillaufa ; MPLF Bujaleuf ; MPLF Burgnac ; MPLF Bussière-Boffy ; MPLF Bussière-Galant ; MPLF Bussière-Poitevine ; MPLF Chaillac ; MPLF Châlus ; MPLF Chamboret ; MPLF Champagnac ; MPLF Champnétry ; MPLF Champsac ; MPLF Chaptelat ; MPLF Château-Chervix ; MPLF Châteauneuf-la-Forêt ; MPLF Châteauponsac ; MPLF Chéronnac ; MPLF Cheissoux ;  MPLF Cieux ; MPLF Cognac ; MPLF Compreignac ;  MPLF Condat ; MPLF Coussac-Bonneval ; MPLF Couzeix ; MPLF Cromac ; MPLF Cussac ; MPLF Darnac ; MPLF Dinsac ; MPLF Dompierre ; MPLF Domps ; MPLF Dournazac ; MPLF Droux ; MPLF Eybouleuf ; MPLF Eyjeaux ; MPLF Eymoutiers ; MPLF Feytiat ; MPLF Flavignac ; MPLF Folles ; MPLF Fromental ; MPLF Gajoubert ; MPLF Glandon ; MPLF Glanges; MPLF Gorre ; MPLF Isle ; MPLF Jabreilles ; MPLF Janailhac ; MPLF Javerdat ; MPLF Jouac ; MPLF Jourgnac ; MPLF La Bazeuge ; MPLF La Chapelle-Montbrandeix ; MPLF La Croisille ; MPLF La Croix ; MPLF La Geneytouse ; MPLF La Jonchère ; MPLF La Meyze ; MPLF La Porcherie ; MPLF La Roche-L’Abeille ; MPLF Ladignac ; MPLF Landouge ; MPLF Laurière ; MPLF Lavignac ; MPLF Le Buis ; MPLF Le Chalard ; MPLF Le Châtenet-en-Dognon ; MPLF Le Dorat ; MPLF Le Palais ; MPLF Le Vigen ; MPLF Les Billanges ; MPLF Les Cars ; MPLF Les Grands-Chézeaux ; MPLF Les Salles-LavauguyonMPLF Limoges ; MPLF Linards ; MPLF Lussac-les-Eglises ; MPLF Magnac-Bourg ; MPLF Magnac-Laval ; MPLF Mailhac ; MPLF Maisonnais ; MPLF MarvalMPLF Masléon ; MPLF Meilhac ; MPLF MeuzacMPLF Mézières-sur-Issoire ; MPLF Milhaguet ; MPLF Moissannes ; MPLF Montrol-Sénard ; MPLF Mortemart ; MPLF Morterolles ; MPLF Nantiat ; MPLF Nedde ; MPLF Neuvic-Entier ; MPLF Nexon ; MPLF Nieul ; MPLF Nouic ; MPLF Oradour-Saint-Genest ; MPLF Oradour-sur-Glane ; MPLF Oradour-sur-Vayres ; MPLF Pageas ; MPLF Panazol ; MPLF Pensol ; MPLF Peyrat-de-Bellac ; MPLF Peyrat-le-Château ; MPLF Peyrilhac ; MPLF Pierre-Buffière ; MPLF Rancon ; MPLF Razès ; MPLF Rempnat ; MPLF Rilhac-Lastours ; MPLF Rilhac-Rancon ; MPLF Rochechouart ; MPLF Roussac ; MPLF Royères ; MPLF Roziers-Saint-Georges ; MPLF Saillat ; MPLF Sauviat ; MPLF Séreilhac ; MPLF Solignac ; MPLF St. Amand-le-Petit ; MPLF St. Amand-Magnazeix ; MPLF St. Auvent ; MPLF St. Barbant ; MPLF St. Bazile ; MPLF St. Bonnet-Briance ; MPLF St. Bonnet-de-Bellac ; MPLF St. Brice ; MPLF St. Cyr ; MPLF St. Denis-des-Murs ; MPLF St. Gence ; MPLF St. Genest ; MPLF St. Georges-les-Landes ; MPLF St. Germain-les-Belles ; MPLF St. Gilles-les-Forêts ; MPLF St. Hilaire-Bonneval ; MPLF St. Hilaire-la-Treille ; MPLF St. Hilaire-les-Places ; MPLF St. Jean-Ligoure ; MPLF St. Jouvent ; MPLF St. Julien-le-Petit ; MPLF St. Junien ; MPLF St. Junien-les-Combes ; MPLF St. Just ; MPLF St. Laurent-les-Eglises ; MPLF St. Laurent-sur-Gorre ; MPLF St. Léger-la-Montagne ; MPLF St. Léger-Magnazeix ; MPLF St. Léonard ; MPLF St. Martial ; MPLF St. Martin-de-Jussac ; MPLF St. Martin-le-Mault ; MPLF St. Martin-le-Vieux ; MPLF St. Martin-Terressus ; MPLF St. Mathieu ; MPLF St. Maurice-les-Brousses ; MPLF St. Méard ; MPLF St. Nicolas-Courbefy ; MPLF St. Ouen ; MPLF St. PardouxMPLF St. Paul-d’Eyjeaux ; MPLF St. Priest-le-Betoux ; MPLF St. Priest-Ligoure ; MPLF St. Priest-sous-Aixe ; MPLF St. Priest-Taurion ; MPLF St. Sornin-la-Marche ; MPLF St. Sornin-Leulac ; MPLF St. Sulpice-Laurière ; MPLF St. Sulpice-les-Feuilles ; MPLF St. Sylvestre ; MPLF St. Symphorien ; MPLF St. Victurnien ; MPLF St. Vitte ; MPLF St. Yrieix ; MPLF St. Yrieix-sous-Aixe ; MPLF Ste. Anne-St. Priest ; MPLF Ste. Marie-de-Vaux ; MPLF Surdoux ; MPLF Sussac ; MPLF Tersannes ; MPLF Thiat ; MPLF Thouron ; MPLF Vaulry ; MPLF Vayres ; MPLF Verneuil-Moustiers ; MPLF Verneuil-sur-Vienne ; MPLF Veyrac MPLF VicqMPLF Videix ; MPLF Villefavard;

 

13 pensées sur “La base des Morts pour la France de Haute-Vienne construite par Canopé Limoges

  • 2 janvier 2015 à 12:11
    Lien Permanent

    Bonjour et bonne Année,

    Recherche fiche soldat BEAUDET Auguste né 30-08-1898
    décédé (Somme) 37 août 1918
    Recrutement Limoges n° 2910
    Meilleures salutations avec remerciements anticipés

    R. BRUEL

    Répondre
    • 2 janvier 2015 à 16:43
      Lien Permanent

      Bonjour et bonne année également !

      Le soldat BEAUDET Auguste ne figure pas dans la base des Morts pour la France de Haute-Vienne, car comme l’indique sa fiche sur le site Mémoire des hommes, il est né le 30 juin 1898 à Saint-Martin-Château en Creuse.
      Il m’a fallu trois mois de travail pour réaliser la base statistique pour la Haute-Vienne et je n’ai pas répété l’opération pour la Corrèze et la Creuse…

      Avec mes remerciements pour l’intérêt que vous avez porté à notre site.

      Luc Fessemaz

      Répondre
  • 10 mai 2015 à 19:11
    Lien Permanent

    Bonjour, travail titanesque. Bravo.
    Rien sur Bersac sur Rivalier, un oubli ?
    Merci pour ce qui a été réalisé.

    Répondre
    • 11 mai 2015 à 08:58
      Lien Permanent

      Bonjour,

      Je vous remercie pour votre appréciation et pour votre remarque sur Bersac.
      Cela m’a permis de réparer un oubli concernant la mise en ligne du tableau statistique de cette commune.

      Luc Fessemaz

      Répondre
  • 9 janvier 2016 à 16:53
    Lien Permanent

    Je possède des documents de famille concernant le sergent François Pierre Joseph Lascoux, tué le 4 octobre 1915 aux tranchées de la Miette, mais je n’arrive pas à savoir si un transfert de corps vers le cimetière de Blanzac a eu lieu.
    Pouvez vous me donner une piste de recherche ?
    Merci d’avance et tous mes vœux.

    Répondre
    • 11 janvier 2016 à 09:48
      Lien Permanent

      Bonjour,

      La fiche du sergent François Pierre Lascoux sur le site Mémoire des hommes indique que l’acte de décès a été transcrit à Blanzac le 5 décembre 1915, avec cette date il est possible de retrouve l’acte auprès de l’état civil de la commune, mais cela n’induit pas qu’il y ait eu un transfert de corps vers le cimetière. Il faudrait demander des renseignements à la mairie.
      D’autre part on constate que votre soldat ne figure pas dans la base des sépultures du site Mémoire des hommes, on peut en déduire que son lieu d’inhumation se situe en dehors des nécropoles nationales et des carrés militaires communaux entretenus par le ministère de la défense. Une autre piste de recherche consisterait à vous rendre aux Archives départementales de la Haute-Vienne pour consulter le registre matricule n°378, classe 1911 du centre de recrutement de Magnac-Laval. Les registres matricules ne sont pas encore disponibles en ligne, mais il est possible de prendre des photos. On y trouve parfois des indications sur le le lieu d’inhumation du soldat décédé…
      En espérant que ces quelques pistes vous inspirent, je vous souhaite bonne chance dans vos recherches et vous présente également mes meilleurs vœux.

      Cordialement,

      Luc Fessemaz

      Répondre
  • 5 mai 2016 à 10:21
    Lien Permanent

    bonjour
    je recherche
    Mr RANTY Martial Pierre né à St Germain Les Belles Haute Vienne le 8 juillet 1919
    décédé le 12 avril 1955 à l’Isle (sanatorium) transféré le 20 avril 1955 à Limoges reconnu comme pensionné militaire d’invalidité et victime de guerre (tuberculose) n° 55-963.820 enfants reconnus comme pupille de la nation est il inscrit comme mort pour la France

    Répondre
    • 11 mai 2016 à 07:27
      Lien Permanent

      Bonjour,

      Je suis désolé de ne pouvoir satisfaire votre recherche, mais l’ensemble du site est consacré aux morts de la guerre de 1914-1918. Pour les autres conflits, on peut chercher les Morts pour la France sur le site national Mémoire des hommes. Au niveau des Archives départementales de Haute-Vienne, votre recherche porte sur des années trop récentes : l’état civil (naissances, mariages, décès) n’est en ligne que jusqu’en 1902 et les registres matricules portent sur les classes 1878 à 1921. Si vous souhaitez avoir des informations sur votre cas, il vous faut envoyer un message à la mairie de Saint-Germain-les-Belles. Bien cordialement.

      Répondre
  • 2 novembre 2016 à 14:55
    Lien Permanent

    Notre association (le Papyrus drancéen) prépare actuellement une exposition sur Drancy pendant la guerre 14-18. Ce n’est pas très original mais c’est le moment où jamais! Nous avons trouvé la trace de Louis Boissou, sergent au 239 ième RI, né à Séreilhac le 17/02/ 1888 qui a été instituteur à Drancy et qui a été tué au combat à Pouillon (51) le 28/09/1914. Nous avons “pataugé’ un peu car le nom était parfois difficile à lire (Boisson, Bouisson, Bouissou…) mais le Journal des Instituteurs, qui publiait la liste des victimes de cette corporation, note bien : Boissou Louis, instituteur à Drancy et sa fiche Mémoire des hommes confirme la date et le lieu de naissance. Par ailleurs son décès a été transcrit à Paris XIV ième le 21 juin 1915. Son nom est-il inscrit sur un monument aux morts de votre région? Bon courage et félicitations pour vos recherches.

    Répondre
    • 2 novembre 2016 à 15:52
      Lien Permanent

      Bonjour,
      Merci pour votre message. D’après le site MémorialGenWeb, Boissou Louis ne figure pas sur le monument aux morts de Séreilhac, sa commune de naissance. N’ayant pas fait son service militaire en Haute-Vienne, la piste du registre matricule auprès des Archives départementales est à chercher ailleurs, mais l’acte de naissance doit pouvoir se trouver en ligne.
      Je n’ai pas d’autres pistes à vous proposer. Bien cordialement.

      Répondre
  • 10 décembre 2016 à 17:37
    Lien Permanent

    Bonjour,
    Je fais actuellement des recherches sur les poilus du (ex) canton d’Eymoutiers, morts pour la France. En ce qui concerne Beaumont du Lac apparaît le nom de DUTHEIL Auguste. Or je ne retrouve aucun renseignement (acte de naissance, acte de décès, fiche militaire …) à son sujet.
    Y aurait-il un erreur dans la transcription de son nom et/ou son prénom ? Sinon pourquoi est-il inscrit sur le monument de Beaumont du Lac ?
    Merci

    Répondre
    • 12 décembre 2016 à 09:11
      Lien Permanent

      Bonjour,
      Le nom de DUTHEIL Auguste ne figure pas dans la base nationale des Morts pour la France, il faut en conclure qu’il n’a pas obtenu cette mention.
      Il est tout a fait possible que parmi les 47 noms du monument aux morts de Beaumont-du-Lac figurent des “non morts pour la France”.
      Si le soldat n’est pas né dans la commune ou si son acte décès n’a pas été transcrit dans la commune, la piste de l’état civil est difficile à pratiquer.
      Si le soldat a fait son service militaire en Haute-Vienne, il faudrait passer en revue toutes les tables alphabétiques annuelles disponibles en ligne auprès du site des Archives départementales pour éventuellement retrouver son registre matricule.
      Un autre piste serait de demander à la commune de Beaumont ou aux Archives départementales si il existe un dossier sur l’édification du monument aux morts avec éventuellement une liste de renseignements sur les noms qui y figurent.
      Bien cordialement

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *