1332 morts pour la France originaires de Haute-Vienne en août 1914

Un mois d’août 1914 très meurtrier…

Symboliquement, les premiers soldats de Haute-Vienne sont tués dans l’offensive française en Alsace déclenchée le 7 août 1914 : on compte un mort par “blessures de guerre” à Altkirch le 7 août et deux “tués à l’ennemi” à Mulhouse le 9 août. Les pertes deviennent plus importantes en Belgique (Izel, Bertrix) lors de la bataille des frontières.  Mais c’est lors de la grande retraite des armées françaises que le bilan devient effroyable le 28 août 1914 (voir l‘article consacré à cette date sur le site) . C’est le jour le plus meurtrier de l’histoire de la Haute-Vienne :  on recense 863 morts liés à des combats dans deux zones, dans les Ardennes (La Besace, Raucourt) et dans le Pas-de-Calais (Rocquigny, Le Transloy) et la Somme (Moislains et Sailly-Saillisel). Au total, 1332 militaires de Haute-Vienne sont morts le premier mois du conflit. Cela représente 9,5 % de l’ensemble des Morts pour la France de Haute-Vienne durant toute la durée de la Première Guerre Mondiale ( 1332 morts dans un total de 14 064 morts).

Évolution du nombre de morts pour la France de Haute-Vienne en août 1914

1914-08 HV MPLF

 Des morts de Haute-Vienne concentrés dans le Pas-de-Calais et les Ardennes

La répartition géographique des 1332 décès du premier mois de conflit est particulière par rapport aux mois suivants : elle ne concerne que 17 départements français ( 9 sont représentés individuellement dans la graphique circulaire et 8 autres sont regroupés dans la catégorie “Autres départements”) et 2 pays étrangers, la Belgique et l’Allemagne avec les deux provinces annexées d’Alsace et de Lorraine (Moselle). Il s’agit d’abord des départements du front où se déroulent les premiers combats, et il y a encore peu de départements de l’arrière car les trains d’évacuation des blessés et des malades ne commencent à fonctionner que dans les derniers jours d’août.

En complément du graphique chronologique, le graphique circulaire précise que le département le plus meurtrier pour les soldats de Haute-Vienne est le Pas-de-Calais avec 502 morts (38% du total), avec des décès qui se concentrent en deux lieux : Rocquigny (328 morts) et le Transloy (159 morts). En seconde position, on trouve les Ardennes avec 391 morts (29% du total), avec des décès qui se concentrent principalement à La Besace (177 morts) , Yoncq (59 morts) et Raucourt (44 morts). On trouve également des traces de l’offensive française en Belgique (146 morts) et en Alsace (53 morts) lors de la bataille des frontières. Les départements restants du graphique, Somme, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Vosges, Aisne, Marne et Nord alignent des pertes liées à la grande retraite des armées françaises qui commence à partir du 24 août. On remarquera qu’à cette étape du conflit, la Marne, qui deviendra par la suite le département le plus meurtrier, ne compte que 7 morts de Haute-Vienne.

MPLF HV août 1914 par département

1332 morts de Haute-Vienne répartis dans 150 régiments

Au niveau de la répartition des morts par régiment, on retrouve l’impact des deux chocs géographiques analysés plus haut. Les régiments les plus frappés sont deux régiments de réserve engagés dans le Pas-de-Calais : 283 morts pour le 338e RI de Magnac-Laval et 217 morts pour le 263e RI de Limoges. Le choc dans les Ardennes explique largement les 177 morts du 63e RI de Limoges et les 84 morts du 100e RI de Tulle.

On retiendra que d’une façon générale, les régiments massivement touchés sont des régiments d’infanterie : sur le graphique,  sur les 20 régiments ayant le plus de morts, il n’y a que le 52e régiment d’artillerie de campagne d’Angoulême qui se distingue avec 18 morts. A ce stade de la guerre, les régiments de territoriaux de Haute-Vienne ne connaissent pas de pertes importantes : 2 morts pour le 89e RIT de Limoges et aucun pour le 90e RIT de Magnac-Laval.

On notera enfin que les 1332 morts de Haute-Vienne se répartissent dans 150 régiments (pour les détails, téléchargez le document Excel en bas de page et consultez le tableau 3 des feuilles 1 et 3), chiffre considérable qui traduit l’engagement massif des unités d’active et de réserve des armées françaises dans ce premier mois de conflit.  On retrouvera un chiffre similaire en septembre (1310 morts répartis dans 152 régiments). Par la suite les morts et le nombre de régiments concernés seront moindres…

MPLF HV août 1914 par régiment

La brutalité des combats d’août 1914 se lit dans le graphique circulaire des genres de mort : par rapport aux mois qui vont suivre, 83% pour le genre “tué à l’ennemi” représente un niveau très élevé. En considérant que le genre “disparu” (11%) et les non classés dans le genre “Mort pour la France ” (2%) dissimulent le plus souvent des tués au combat ; il ne reste plus qu’une infime part pour les morts de “blessures de guerre” (3%) ou de “suites de blessures” (1%). La part du genre “maladie en service” (2 morts) est négligeable, elle ne prendra de l’importance qu”avec l’arrivée de la mauvaise saison et le passage à la guerre des tranchées.

MPLF HV août 1914 par genre

Téléchargez le fichier Excel des 1332 Morts pour la France de Haute-Vienne en août 2014 : 1914-08 1332 MPLF HV

  • Feuille 1 : le Tableau n°1 donne un  tri par date de décès (colonne O)
  • Feuilles 1 et 2 : le Tableau n°2 donne un tri par département et par lieu de décès (colonnes Q et P)
  • Feuilles 1 et 3 : le Tableau n°3 donne un tri par régiment (colonne I)
  • Feuilles 1 et 4 : le Tableau n°4 donne un  tri par genre de mort (colonne R)

Source : Luc Fessemaz, base de Morts pour la France de Haute-Vienne, Canopé Limoges, août 2014.