274 Morts pour la France originaires de Haute-Vienne en novembre 1914

Le nombre de Morts pour la France nés en Haute-Vienne est en diminution de 20% par rapport à octobre 1914, mais beaucoup de pères de famille sont tombés parmi les territoriaux.

En moyenne le nombre journalier de Morts pour la France de Haute-Vienne est passé de 11 en octobre à 9 en novembre 1914. On partait du niveau très élevé de 43 en août (la moyenne journalière n’est pas très significative car les combats sont concentrés sur deuxième quinzaine du premier mois de conflit) et 42 en septembre. Le massacre continue, mais l’évolution de cet indicateur prouve que les ressources en hommes ont tendance à s’épuiser. Le premier graphique montre que pour les soldats de Haute-Vienne, le jour le plus meurtrier du mois de novembre est le 10 avec 58 morts. Les deux jours suivants comptent encore 18 et 19 morts. A l’opposé, et pour la première fois depuis le 12 août 1914, il n’y a aucun mort de Haute-Vienne le 26 novembre 1914.

MPLF HV novembre 1914 par jour

Après la bataille de la Marne, les combats se sont progressivement déplacés de septembre à novembre vers l’extrémité occidentale de la Belgique, dans un mouvement qualifié de “course à la mer”. Du début du mois d’octobre à fin novembre, se livre une longue bataille, dans un premier temps sur les rives de l’Yser et ensuite dans la région d’Ypres. Lors de cette première bataille d’Ypres, les pertes allemandes portant sur des étudiants volontaires sont énormes face aux britanniques (en particulier à Langemarck). Du côté français, l’exemple des Morts de Haute-Vienne montre que les pertes se concentrent dans les Flandres belges qui représentent près de la moitié des 274 morts (49 %, portion en jaune sur le graphique circulaire). Les affrontements se poursuivent cependant sur l’ensemble du front, le département de la Marne n’est plus le plus meurtrier, mais il vient en seconde position avec 16% des pertes.

MPLF HV novembre 1914 par département

Si l’on rentre dans le détail des lieux de décès (tableau n°2 du fichier Excel téléchargeable), on retrouve la trace de l’héroïsme de fusiliers marins à Dixmude, mais cela ne concerne que quatre militaires de Haute-Vienne. D’autres noms résonnent plus fortement en Belgique : il s’agit de Noordschote (29 morts), de Pipegaele et des rives de l’Yser (13 et 12 morts). Dans la Marne c’est à Jonchery que l’on enregistre le nombre le plus élevé de morts en novembre (19 morts).

L’hécatombe dans les rangs des régiments de l’armée d’active et de la réserve, consécutive au trois premiers mois du conflit, fait que l’on envoie en première ligne des régiments de l’armée territoriale. Le graphique des pertes par régiment monte que deux régiments territoriaux de Haute-Vienne sont fortement frappés : le 90e RIT de Magnac-Laval (59 morts) et le 89e RIT de Limoges (43 morts). c’est autant de veuves et d’orphelins à déplorer, car les soldats territoriaux sont des hommes âgés de 34 à 49 ans, pour la plupart mariés et pères de famille.

“Quand on connaît l’historique de ce régiment, quand on lit ce titre : « 90e R. I. T., HISTORIQUE », on ne peut dissimuler son émotion. Régiment de braves gens et de gens braves, presque tous pères de famille, régiment d’infanterie territoriale qui pendant toute la campagne a été sur la brèche, régiment qui fait l’honneur de ce beau pays Limousin. (…) Certes, leur vaillance n’a pas été méconnue ; rares sont les régiments territoriaux qui ont rapporté la fourragère ; le 90e R. I. T., comme son voisin de Limoges, le 89e R. I. T., a été jugé digne de cette distinction.”

Source : Introduction de l‘Historique du 90e Régiment Territorial d’Infanterie, Limoges, 1920.

 

MPLF HV novembre 1914 par régiment

Au niveau du genre de morts, la catégorie “tué à l’ennemi” représente environ 2/3 des décès en novembre 1914, on retrouve une part comparable à celle de septembre 1914 ( 65 % contre 66 %, part en rouge sur le graphique circulaire), alors qu’elle était descendue à 52 % en octobre. On peut interpréter cette variation comme une augmentation de la violence des combats. Inversement, les parts des catégories “blessures de guerre” et “suites de blessures” diminuent de plus de moitié en passant à 11 % et 5 %. La part de la catégorie “disparu” reste stable à 4 %. On notera un nouvelle augmentation de la part de la catégorie “maladie en service” qui passe de 7 % en octobre à 11 % en novembre. Sur les 29 morts de maladie en service, 15 sont causés par la fièvre typhoïde (tableau n°4 du fichier Excel téléchargeable). Plusieurs malades sont morts dans des hôpitaux de la Marne, on peut penser que ce développement de la maladie est lié à l’installation de la guerre des tranchées dans ce secteur du front.

MPLF HV novembre 1914 par genre de mort

Téléchargez le fichier Excel qui contient les détails des pertes de novembre 1914 :

1914-11 274 MPLF HV