La liste des 296 Morts de la Grande Guerre de Guéret

La parution d’un article consacré aux 296 Morts de la Grande Guerre de Guéret dans la Montagne (*), en lien avec la commémoration du 11 novembre 2015, est l’occasion de revenir sur la composition de la liste à l’origine des ressources publiées sur ce site (portrait, diaporama, carte, quiz sur le portrait, quiz sur la carte).

Comme l’indique le titre de chaque tableau statistique qui accompagne les 11 indicateurs analysés dans le Portrait des Morts de la Grande Guerre de Guéret, la liste des 296 Morts a été élaborée en recoupant la liste des 275 Morts du monument aux morts de Guéret (monument inauguré en  1923 et qui se situe dans le jardin de la Sénatorerie) et la liste des 207 Morts pour la France du livre d’or de Guéret (liste disponible sur le site des Archives nationales et qui a été publiée en 1930). Le schéma ci-dessous montre que les deux ensembles ne se recoupent que partiellement.

Composition de la liste des 296 Morts de la Grande Guerre de Guéret

Dans l’ensemble des 275 Morts du monument, on peut distinguer trois sous-ensembles :  186 sont des Morts pour la France qui figurent sur le livre d’or de Guéret (sous-ensemble en jaune) ; 71 sont des Morts pour la France qui sont absents du livre d’or de Guéret (ils ont une fiche individuelle sur le site Mémoire des hommes, mais ils figurent sur les livres d’or d’autres communes car leur dernier lieu de domicile n’était pas Guéret, sous-ensemble en blanc) ; 17 sont des “Non Morts pour la France” (sous-ensemble en noir). Il faut savoir que la mention “Mort pour la France” a été instituée au cours de la Grande Guerre par la loi du 2 juillet 1915 et qu’elle n’est attribuée que lorsqu’il est prouvé que la cause du décès est la conséquence directe d’un fait de guerre. Sur les fiches individuelles, le genre de mort qui justifie la mention peut être : “tué à l’ennemi”, “disparu au combat”, “blessures de guerre”, “maladie dans le cadre du service”, “accident dans le cadre du service”. Les 17 soldats de Guéret qui n’ont pas obtenu la mention sont décédés le plus souvent d’une “maladie non imputable au service”, d’un “accident non imputable au service” (2 cas) et de suicide (2 cas). On peut s’étonner de la présence de ces soldats sur le monument aux morts, car en principe d’après la loi du 25 octobre 1919, ne devraient y figurer que les Morts pour la France natifs ou domiciliés dans la commune à la date de leur décès. Lors de la recherche d’informations auprès des Archives départementales de la Creuse et des Archives municipales de Guéret, il m’a été présenté uniquement un document manuscrit dressant la liste des 275 Morts du monument avec les noms et les prénoms. Il n’a pas été retrouvé de traces des démarches administratives effectuées par les familles en 1923 pour que leur soldat défunt figure sur le monument. On peut cependant penser que ces 17 soldats n’avaient pas “démérité” de la Patrie et que l’application de la loi par chaque municipalité a été assez souple. On remarquera également que parmi les 71 Morts pour la France non domiciliés à Guéret (les absents du livre d’or), seulement 24 sont nés à Guéret, ce qui signifie qu’un lien direct et explicite avec la commune de Guéret n’a pas toujours été retenu pour figurer sur le monument. On peut imaginer que la demande a été acceptée pour des parents ou des veuves domiciliés ou originaires de Guéret.

Pour obtenir les 275 Morts du monument, il faut tenir compte du cas particulier d’un Mort de Guéret dont l’identité est incomplète (il s’agit du soldat Henry MARTIN qui a le malheur de porter le nom le plus courant en France et dont la fiche de Mort pour la France et le registre matricule n’ont pu être retrouvés. La seule indication retrouvée est celle qui figure sur la plaque de l’église de Guéret qui précise qu’il appartenait au 21e RCC).

Pour arriver au total de 296 Morts, il faut encore rajouter au 275 Morts du monument, les 21 Morts pour la France du livre d’or de Guéret qui ne figurent pas sur le monument (autre sous-ensemble en jaune extérieur à l’encadrement en violet sur le schéma). Dans ce sous-ensemble, il y a 4 natifs de Guéret, dont on peut se demander pourquoi ils ne figurent pas sur le monument. Par contre pour les 17 autres, natifs d’autres communes, il est possible qu’ils figurent sur le monument de leur commune de naissance. Les fiches individuelles des soldats du site MémorialGenWeb permettent de connaître les monuments aux morts sur lesquels ils figurent, mais l’identification n’est pas toujours possible à cause des homonymes ou quand le prénom est seulement indiqué par la première lettre.

(*) Jean, 21 ans, l’un des 296 Guérétois victimes de la guerre de 14-18, article paru dans le journal La Montagne, le 11/11/2015.