Le centenaire de la bataille de Verdun au théâtre

A Condat-sur-Vienne, l’acteur Jérôme Laguzet rend hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale pour le centenaire de Verdun. Dans son spectacle d’improvisation “Embrasse la petite”, il s’inspire des lettres de Sylvain Coudoin, un poilus haut-viennois, mort au combat en 1916.

C’est bientôt le centième anniversaire de la bataille de Verdun. Il y a 100 ans, jour pour jour, les combats faisaient rage.
Le 21 février 1916, commençait la bataille de Verdun. Grande bataille avec celle de la Somme, elle est l’une des plus meurtrières de la Première Guerre mondiale.

Pendant dix mois l’armée française et l’armée allemande s’affrontent. Les poilus résistent à l’offensive allemande, le résultat militaire est nul.
700 000 soldats sont victimes de cette bataille. Un peu plus de la moitié était des Français.

A la veille de cet anniversaire, certains décident de rendre un hommage aux victimes de la bataille de Verdun sur scène.
L’acteur Jérôme Laguzet se produit samedi 20 février 2016 à l’espace Confluence à Condat-sur-Vienne. Embrasse la petite” est un spectacle d’improvisations.

L’acteur, et metteur en scène, s’inspire des lettres de Sylvain Coudoin. Le poilus originaire de Bessine sur Gartempe écrivait à sa femme et sa fille depuis le champ de bataille à Verdun jusqu’à sa mort en mai 1916.

► Consultez la vidéo sur le spectacle “Embrasse la petite” (Sujet de Pascal Coussy et Marie Saint-Jours. Montage de Nicolas Colombeau).

Source : Site de France 3 Limousin, par Gwendoline Duval, le 20/02/2016

► Consultez également l’article paru dans le Populaire du 12/02/2016 : Embrasse la petite, espace Confluences, le 20 février

***

Sur le site Mémoire des Hommes du ministère de la défense, on trouve dans la base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale, les fiches individuelles de plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre. Depuis le 11 novembre 2014, on dispose également des 95 000 fiches concernant des soldats n’ayant pas obtenu la mention “Mort pour la France”. Chacun peut ainsi partir à la recherche de tous ces poilus tombés pendant les 52 mois du conflit, en particulier lors de la terrible bataille de Verdun en 1916.

COUDOIN Sylvain 27 05 1916 Bras

La fiche de Sylvain Coudoin nous apprend qu’il est né le 7 septembre 1882 à Morterolles (ancienne commune fusionnée avec Bessines en 1973), dans le département de la Haute-Vienne. Étant originaire du nord du département, il est passé en 1902 (classe) par le centre de recrutement de Magnac-Laval, au moment d’effectuer son service militaire. Rappelé sous les drapeaux lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, soldat du 138e régiment d’infanterie de Magnac-Laval, il a été “tué à l’ennemi” le 27 mai 1916 à Bras dans la Meuse, trois mois après le début de la bataille de Verdun. Le décès a été transcrit à Bessines le 30 juillet 1916, cette information indique le lieu de domiciliation du défunt et permettrait de retrouver l’acte auprès de l’état civil de la commune. Pour en apprendre plus sur le parcours militaire de Sylvain Coudoin, il faut consulter le registre matricule 1185 de la classe 1902 du centre de recrutement de Magnac-Laval. Jusqu’à tout récemment, cela impliquait de se rendre en salle de lecture des Archives départementales de la Haute-Vienne pour faire cette recherche, mais depuis quelques jours les registres matricules des classes 1878 à 1921 sont en ligne. De même, avec la mise en ligne de l’état civil de la plupart des communes de Haute-Vienne jusqu’en 1902, on apprend dans la mention marginale associée à l’acte de naissance que Sylvain Coudoin s’était marié le 12 mars 1908 à Bessines. C’était le cas de la plupart des soldats nés dans les années 1880, et qui avaient plus d’une trentaine d’années au moment de leur décès et qui laissent une veuve et une orpheline d’après le titre du spectacle…

JMO 138e RI COUDOIN 27 05 1916

J.M.O du 138e régiment d’infanterie le 27 mai 1916 : ” Le 3e Bataillon se porte en avant (…) il se trouve tout entier rassemblé dans le ravin Ouest du bois des trois Cornes. (…). Pertes  : tués 7 hommes, blessés : sous-lieutenant Balencie, 30 hommes. Source : Mémoire des Hommes.

Dans la base des 14064 Morts pour la France de la Haute-Vienne présente sur le site la Grande Guerre et le Limousin, Sylvain Coudoin fait partie des 24 Morts pour la France nés dans l’ancienne commune de Morterolles et des 80 Morts pour la France transcrits à Bessines. Il est à noter que pour les soldats nés à Morterolles, deux sont morts lors de la bataille de Verdun en 1916, mais quatre sont tombés en une seule journée le 28 août 1914 à Rocquigny dans le Pas-de-Calais.