Les Morts pour la France de Haute-Vienne

14058 Morts pour la France de Haute-Vienne pendant la Grande Guerre (1914-1919)

La base statistique des Morts pour la France de Haute-Vienne a été constituée en juillet 2014 à partir du traitement des fiches individuelles de la base du site Mémoire des hommes.Le critère retenu a été celui du département de naissance.

Les Morts pour la France de Haute-Vienne en 12 graphiques

Téléchargez le diaporama des 12 graphiques

Télécharger (PDF, 692KB)

Téléchargez le fichier excel des 14058 MPLF de Haute-Vienne

Vous pouvez naviguer dans les 8 feuilles du classeur et utiliser les filtres pour sélectionner les données voulues

Les graphiques se situent en bas de feuille avec des tableaux de synthèse

  1. Nom
  2. Prénoms
  3. Année de naissance
  4. Année de décès, mois et jours les plus meurtriers
  5. Lieu de décès (départements et pays étrangers)
  6. Grade au décès
  7. Régiment au décès
  8. Genre de mort

Télécharger (XLSX, 15.2MB)

Pour comprendre et interpréter les statistiques, reportez-vous aux articles publiés sur le site depuis le début des commémorations du Centenaire

***

Autre ressource : Grand format du Populaire du Centre mis en ligne le 10 novembre 2018

1914 – 1919 : La Haute-Vienne donne 14.000 de ses enfants à la guerre

” A l’heure du bilan, 14.058 hommes de la Haute-Vienne ont été déclarés morts pour la France entre 1914 et 1919.

Ce chiffre représente 3,65 % de la population de la Haute-Vienne en 1911. Cette proportion est à peine plus élevée que la proportion nationale. Les 1.397.800 morts représentent en effet 3,53 % de la population française de 1911.

En revanche, il existe de grandes disparités entre les deux cent une communes de la Haute-Vienne.

La commune qui a subi le plus de pertes par rapport à sa population de 1911 est effectivement une petite commune rurale de la montagne limousine, Augne. Sur les 542 habitants recensés en 1911, 44 natifs de la commune ont été déclarés morts pour la France. Cela représente une proportion de 8,12 %.

À l’opposé de l’échelle des pertes, seuls quatre natifs de Glandon* ont été déclarés morts pour la France, sur une population de 901 habitants, soit une proportion de 0,44 %. ”

Source : Extrait du Grand Format du Populaire du Centre, mis en ligne samedi 10 novembre 2018.

*Petite précision sur les chiffres…

Pour bien interpréter et relativiser les chiffres, il faut garder à l’esprit que les données statistiques du site Mémoire des hommes sont construites à partir du lieu de naissance des Morts pour la France. En conséquence, il y a nécessairement un écart entre les chiffres produits dans la base de Canopé des natifs des 201 communes de Haute-Vienne et les chiffres des soldats qui figurent sur les monuments aux morts des communes qui ne comportent pas forcément tous les natifs décédés, qui comportent aussi des soldats domiciliés au décès dans la commune mais nés ailleurs, et éventuellement des “non Morts pour la France”. Dans le cas particulier de la commune de Glandon, il faut préciser que la commune a été rattachée à Saint-Yrieix-la-Perche en 1795 et rétablie seulement en 1902, ce qui explique le faible chiffre de quatre natifs déclarés Morts pour la France. Par contre sur le monument aux morts du Glandon, on compte pour le conflit 1914-1918, 56 noms d’après le site MémorialGenWeb, et 36 noms de Morts pour la France dans le Livre d’Or de la commune. Sur une population de 901 habitants en 1911, la part des Morts du monument représente 6,22% et la part des Morts du Livre d’Or 4,00%, des proportions bien au-dessus de la moyenne du département, ce qui permet de donner une plus juste valeur au sacrifice consentie par la population de Glandon à la Grande Guerre. Luc Fessemaz, mardi 13/11/2018.