Ressources sur les victimes de la Grande Guerre de Panazol

À l’occasion des commémorations du centenaire de la bataille de Verdun, le Canopé de l’académie de Limoges met à votre disposition sept ressources pour mieux connaitre les 70 victimes de la Grande Guerre de Panazol, commune de Haute-Vienne située à proximité de Limoges.

Schéma des sept ressources

Schéma des ressources sur les 70 victimes de la GG de Panazol

Lire le reste de cet article »

Quiz sur la Carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret

La Carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret en 20 questions

Départ
Félicitation - vous avez complété La Carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret en 20 questions. Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%. Votre performance a été évaluée à %%RATING%%
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
1112131415
1617181920
Fin
Retour

Carte des Morts de Guéret Google My Maps

Septième calque : les lieux de décès des Morts de Guéret : 6 questions
Huitième calque : batailles et opérations associées aux Morts de Guéret : 10 questions
Neuvième et dixième calques: le parcours du 78e régiment d’infanterie de Guéret : 4 questions

► Pour pouvoir répondre au mieux, vous êtes invité à lire l’article du site sur La Carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret.

La carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret

La carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret peut être utilisée à différents niveaux. À la recherche de soldats de Guéret morts entre 1914 et 1918, on peut imaginer s’en servir pour reconstituer des parcours individuels, en s’appuyant sur les registres matricules disponibles en ligne auprès des Archives départementales de la Creuse, de même que sur les journaux des marches et opérations et les historiques régimentaires disponibles en ligne auprès du site Mémoire des hommes. Dans une optique plus collective,  les différents lieux de décès ont été reliés afin de suivre dans le temps les principales batailles et opérations de la Grande Guerre où les soldats de Guéret sont tombés.  Il est également proposé de suivre le parcours du 78e régiment d’infanterie de Guéret depuis son départ pour le front le 5 août 1914, jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918. Les différentes étapes de ce parcours sont illustrées par des extraits de l’Historique et des JMO du régiment.

 

La carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret s’inscrit dans le prolongement du Portrait statistique des Morts de la Grande Guerre de Guéret, présent sur le site La Grande Guerre et le Limousin sous la forme d’un diaporama synthétique et d’un article détaillé. La carte comporte dix calques qui permettent différentes approches.

Lire le reste de cet article »

Les Morts de la Grande Guerre de Guéret

Portrait statistique des Morts de la Grande Guerre de Guéret (1914-1919)

 

Cet article se propose de dresser le portrait statistique des 296 Morts de la Grande Guerre de Guéret à partir de la liste constituée par le croisement entre la liste des 275 Morts inscrits sur le monument aux morts et la liste des 207 Morts du Livre d’Or. Il s’agit essentiellement d’une analyse descriptive conduite à partir de onze indicateurs présents sur les fiches individuelles des Morts pour la France que l’on trouve sur le site Mémoire des hommes du ministère de la défense ou sur les registres matricules que l’on trouve sur le site des Archives départementales de la Creuse.

 

[1] Le classement des Morts de la Grande Guerre de Guéret selon le nom

Un siècle après la Grande Guerre, se souvenir de ceux qui sont décédés, c’est d’abord leur donner un nom. Les noms sont gravés à jamais sur le monument aux morts de la commune, mais tous les soldats morts de la Première Guerre mondiale n’y figurent pas nécessairement. La liste des 296 Morts de la Grande Guerre de Guéret a été composée en croisant la liste des 275 Morts de la Grande Guerre qui figure sur le monument aux morts inauguré le 1er juillet 1923 et situé dans le jardin public du Musée de la Sénatorerie, et la liste des 207 Morts pour la France du Livre d’or de Guéret élaboré en 1929-1930 par le ministère des Pensions et disponible sur le site des Archives nationales.

Dans la liste des 296 Morts de Guéret on compte 253 noms différents. 218 noms figurent une seule fois et 35 noms figurent de deux à quatre fois (graphique circulaire 1). Ces statistiques traduisent la grande diversité du stock des noms en France par rapport à de nombreux autres pays. Cette diversité est cependant moindre que celle que l’on peut observer aujourd’hui, car la liste porte sur des générations nées à la fin du XIXe siècle, époque où l’effet des migrations de population au niveau national ou international reste encore faible dans un département comme la Creuse. Les trois noms les plus fréquents apparaissent quatre fois dans la liste, il s’agit de Dubreuil, Dumont et Tourteau. On peut supposer qu’il s’agit le plus souvent de membres d’une même famille (des frères ou des cousins), mais il faudrait mener une enquête généalogique auprès de l’état civil pour le confirmer. Martin qui est le nom le plus fréquent en France figure trois fois dans la liste, il en est de même pour Sudron qui est un nom typiquement creusois. Parmi les 30 noms qui figurent deux fois dans la liste, on note d’autres noms typiquement creusois comme Lecante, Suchaud et Vernaudon. Par contre, on remarque que Moreau qui est le nom le plus fréquent en Creuse sur la période 1891-1990, est absent de la liste (1).

(1) Article Patronymes et toponymes courants en Limousin : un déterminisme géographique. Auteur : Joselito Mancuso – Insee Limousin, novembre 2007.

Lire le reste de cet article »

Les offensives de Champagne et d’Artois : brillants succès ou terribles échecs ?

Du 25 septembre au 6 octobre 1915 se déroulent les offensives franco-anglaises en Champagne et en Artois. La presse de l’époque, sans moyens de vérifier sur le terrain la réalité des combats, reprend la propagande développée dans les communiqués officiels. Un siècle plus tard, la tonalité des articles tirant le bilan de ces offensives est bien différente. La percée des lignes allemandes n’a pas eu lieu et pour quelques kilomètres grignotés, les pertes sont énormes. Rappelons qu’en ce qui concerne le Limousin, le 25 septembre 1915 est la journée la plus meurtrière de la Grande Guerre pour les soldats de Tulle (maximum absolu de 29 Morts sur un total de 648 Morts de 1914 à 1919), et qu’elle se détache comme la journée la plus sanglante de l’année 1915 pour les soldats de Haute-Vienne (348 Morts en une seule journée, sur un total de 3349 Morts pour l’ensemble de l’année).

***

Le Populaire du Centre (1), journal socialiste publié à Limoges, reprend les communiqués officiels et titre deux jours après le début des offensives sur les “brillants succès”, en citant le chiffre de 12 000 Allemands faits prisonniers.

Le Populaire du Centre du 27 septembre 1915

PDC 1915 09 25 Champagne et Artois

(1) Le site de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges permet de consulter en ligne deux siècles de la presse limousine. Pour la période de la Grande Guerre, vous pouvez télécharger chaque numéro du Populaire du Centre en faisant une recherche par date ou en saisissant un texte.

Lire le reste de cet article »