Tulle 14-18, Portraits croisés

Exposition temporaire au Musée des Armes de Tulle

affiche_expo_Tulle_14-18

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, les Archives municipales de Tulle, vous proposent de découvrir le quotidien de la ville de Tulle. Bien qu’éloignée du front, toute la société tulliste est profondément bouleversée par le déroulement des évènements de 1914 à 1918.

L’exposition, réalisée à partir de documents publics conservés par les Archives municipales et d’archives privées collectées depuis 2014, cherche à mettre en lumière les particularités de la vie à l’arrière et les nécessaires adaptations dont ont dû faire preuve les Tullistes. Au travers du parcours de 4 personnalités célèbres ou anonymes, l’exposition doit permettre aux visiteurs de mieux appréhender les enjeux qui sont liés à la participation de l’arrière à l’effort de guerre. Pendant la période, la population double, passant de 15000 à 30000 habitants. L’afflux constant de blessés en provenance du front, de réfugiés fuyant les zones de combats et des soldats en permission crée une animation permanente dans la Préfecture corrézienne. Si les combats ont lieu à plus de 700 km, la guerre est toujours présente dans les esprits. Les familles des mobilisés sont d’abord partagées entre enthousiasme et inquiétude. Peu à peu, face aux restrictions, au contrôle exercé par les autorités, aux difficultés d’approvisionnement et aux décès des soldats qui s’enchaînent, la lassitude s’empare de tullistes qui ne voient pas le bout d’un conflit qui s’enlise. Confrontés à une censure et une propagande active, les Tullistes font preuve pendant le conflit d’une formidable solidarité et d’un dévouement exemplaire en participant à l’effort de guerre au sein des œuvres de secours ou dans les usines d’armement.

Source : Site de la ville de Tulle.

L’exposition se tient au Musée des Armes de Tulle du 15 octobre 2015 au 30 avril 2016. Elle sera inaugurée le jeudi 15 octobre 2015 à 18h.
Télécharger le dossier de presse

Quatre témoignages sur la Grande Guerre depuis les services de santé

Il s’agit de quatre témoignages de grande qualité, de la part de deux médecins et de deux brancardiers, qui ont en commun d’avoir traversé toute la Grande Guerre. Ils illustrent toute la violence et l’horreur des combats, mais également les moments moins dramatiques de la vie quotidienne de ceux qui avaient pour  mission de secourir et d’apporter les premiers soins.

1. J’étais médecin dans les tranchées. 2 août 1914 – 14 juillet 1919

Louis Maufrais (1889-1977), originaire de Dol-de-Bretagne a été médecin au 94e régiment d’infanterie, puis au 40e régiment d’artillerie de campagne et termine la guerre comme chirurgien assistant à l’ambulance 1/10 de la 42e division. Dans la préface, l’historien Mar Ferro met en avant le parcours exceptionnel d’un homme qui a traversé les champs de bataille les plus sanglants : l’Argonne, la Champagne, Verdun, la Somme, le Chemin des Dames… Son récit nous est parvenu en 2008 par l’intermédiaire de sa petite-fille,  Martine Veillet,, qui a travaillé sur les cassettes enregistrées par son grand-père quelques années avant sa mort, ainsi que sur les nombreuses photos qu’il avait prises à l’époque.

Louis Maufrais 2008

2. Destins ordinaires dans la Grande Guerre : un brancardier, 4 août 1914 – 9 janvier 1919

Martial Goulmy (1891-1937) originaire de Donzenac en Corrèze a été brancardier-musicien au 108e régiment d’infanterie de Bergerac. Il a également traversé l’ensemble de la Grande Guerre, depuis la Belgique en passant par la Marne, les tranchées de Lorraine et d’Artois, la Somme et l”enfer” de Verdun, pour finir par le front italien. C’est dés la fin de la guerre qu’il a mis en forme les notes prises tout le long du conflit. Le récit a été publié par les Presses Universitaires de Limoges en 2012, accompagné de notes tirées du Journal des marches et opérations du 108e RI. Dans sa courte introduction, l’auteur indique que ses souvenirs de guerre sont écrits “sans aucune préoccupation littéraire”, mais que  le lecteur y découvre “des détails sur la vie du soldat en campagne et la preuve que les brancardiers, quoique non combattants, ne sont pas toujours loin du feu ni à l’abri du danger”.

Destins ordinaires de la GG 2012

3. Les carnets de Laurent Pensa, musicien-brancardier au 31e RI (1914-1918)

” À l’instar de milliers d’hommes, Laurent Pensa a été conscrit en 1914 et a souhaité garder la trace de son expérience qu’il relatait quotidiennement dans ses carnets de notes écrites et les centaines de photographies qu’il prenait. Son témoignage exprime ce que de nombreux soldats de la Première Guerre mondiale ont vécu.”

Ce témoignage est une ressource pédagogique produite par le CRDP de l’académie d’Amiens en 2006. Il se présente sous la double  forme d’un DVD-vidéo contenant un film sur les traces du soldat Pensa, des interviews de spécialistes ; et d’un CD-Rom avec l’intégralité des carnets et photographies de Laurent Pensa.

Consultez le site qui accompagne cette ressource et qui propose des pistes pédagogiques pour exploiter le film et le cédérom : http://crdp.ac-amiens.fr/pensa/

les-carnets-de-laurent-pensa-musicien-brancardier-au-31e-ri-1914-1918

4. « Ce que j’ai vu de la Grande Guerre », photographies de Frantz Adam

Frantz Adam (1886-1968) d’origine alsacienne, était médecin au 23e régiment d’infanterie de Bourg-en-Bresse. Après-guerre il deviendra un psychiatre réputé. Son témoignage est à la fois celui d’un écrivain et d’un photographe. Il a publié en 1931  « Sentinelles… prenez garde à vous… ». Souvenirs et enseignements de quatre ans de guerre avec le 23ème R.I. ►Consultez l’analyse du témoignage sur le site du CRID 14-18 http://www.crid1418.org/temoins/2008/07/31/adam-frantz-1886-1968/

Mais c’est en tant que photographe que son apport est d’actualité.  Équipé d’un Vest Pocket Kodak  à soufflet il a pris de nombreuses photographies du front pendant toute la durée de la Grande Guerre. Cent cinquante d’entre elles ont été transmises par la famille à l’Agence France-Presse et publiées en 2013 dans l’ouvrage « Ce que j’ai vu de la Grande Guerre », aux éditions La Découverte.

Ce que j'ai vu de la GG Frantz Adam

► Consultez une sélection des photographies sur le site de la Mission du Centenaire http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/fonds-prives/archives/ce-que-jai-vu-de-la-grande-guerre-photographies-de-frantz

► Lisez l’article Frantz Adam, photographe des tranchées sur le site du journal Le Monde http://www.lemonde.fr/centenaire-14-18-livres/article/2014/05/05/frantz-adam-photographe-des-tranchees_4411956_4366945.html

Croquer la guerre : Eugène Alluaud dessine 14-18

L’exposition conçue par le  Service commun de la documentation de l’Université de Limoges présente une cinquantaine de dessins originaux de l’artiste limougeaud Eugène Alluaud (1866-1947), personnalité associée à la colonie d’artistes de Crozant (Creuse), ami des peintres Guillaumin, Madeline, Detroy, ou encore du poète Maurice Rollinat.

Cette collection privée de fusains, encres, pastels, sanguines est particulièrement remarquable par la qualité des œuvres présentées. Jamais exposés depuis leur création, ces dessins originaux ne sont pas connus par ailleurs (pas de reproduction), ils ont servi pour partie de travaux préparatoires aux fascicules sur la guerre signés Alluaud et édités par Le Courrier du Centre en 1915-1917.

Affiche Croquer la Guerre


Exposition Croquer la guerre : Eugène Alluaud dessine 14-18 du 7 avril au 30 mai 2015

Pendant 4 ans, l’artiste limougeaud Eugène Alluaud, également connu pour ses paysages creusois postimpressionnistes, dessine la guerre telle qu’elle s’incarne dans ses différents protagonistes. A Limoges ou sur le front, ce sont les soldats français, les Indiens, les Écossais. Ce sont aussi les prisonniers allemands, les blessés, les civils. Au-delà des lieux communs de la guerre, c’est avant tout l’individualité de chaque personne dessinée qui ressort dans cette série sensible de 50 dessins et 40 estampes.


Visites commentées : samedi 11 avril à 10h, mercredi 15 avril à 14h, mercredi 22 avril à 14h, mercredi 13 mai à 17h
Inauguration le 8 avril à 18h.

Entrée libre
Bibliothèque universitaire de Droit – Faculté de Droit et Sciences économiques – 5 rue Félix-Eboué 87000 LIMOGES – 05 55 14 90 50

Il est possible par ailleurs d’accueillir des classes pour la visite de cette exposition ou encore d’effectuer gracieusement le prêt des panneaux et reproductions aux établissements qui en feraient la demande.

Le bi-mensuel Limoges-Illustré et la Grande Guerre, du 1er au 15 janvier 1915

Sélection des nouvelles locales en rapport avec la Grande Guerre de la première quinzaine de janvier 1915

Limoges illlustré 1er-15 janvier 1915

QUINZAINE LIMOUSINE

La direction et l’administration de Limoges Illustré présentent aux abonnés et aux lecteurs leurs vœux ardents pour leur contentement et leur bonheur en cette année 1915 qui, hélas! ne s’annonce pas bien belle pour un grand nombre de Français.

Lire le reste de cet article »