Le bi-mensuel Limoges-Illustré et la Grande Guerre, du 1er au 15 janvier 1915

Sélection des nouvelles locales en rapport avec la Grande Guerre de la première quinzaine de janvier 1915

Limoges illlustré 1er-15 janvier 1915

QUINZAINE LIMOUSINE

La direction et l’administration de Limoges Illustré présentent aux abonnés et aux lecteurs leurs vœux ardents pour leur contentement et leur bonheur en cette année 1915 qui, hélas! ne s’annonce pas bien belle pour un grand nombre de Français.

Lire le reste de cet article »

Le périodique Limoges Illustré en janvier 1915

Les extraits de Limoges Illustré donnent des informations sur le vécu de la Grande Guerre dans une ville de l’arrière. Dans ce numéro de janvier 1915, sont évoqués le bon comportement au front des soldats du 89e RIT, la création d’un nouvel hôpital pour accueillir des blessés et des convalescents, l’incorporation de la classe 1915, la vente de petits drapeaux belges en faveur des réfugiés, le transfert des prisonniers allemands…
On notera également la publication d’une longue liste des morts au champ d’honneur qui concerne des militaires du département la Haute-Vienne, mais il s’agit souvent de gradés et de fils de notables.

Limoges illlustré 1er-15 janvier 1915

LIMOGES-ILLUSTRÉ
PUBLICATION BI-MENSUELLE
DIRECTEUR: DOCTEUR PIERRE CHARBONNIER
SOMMAIRE des 1er et 15 Janvier 1915

QUINZAINE LIMOUSINE

La direction et l’administration de Limoges Illustré présentent aux abonnés et aux lecteurs leurs vœux ardents pour leur contentement et leur bonheur en cette année 1915 qui, hélas! ne s’annonce pas bien belle pour un grand nombre de Français.
Animés du même esprit et de la même espérance que leurs compagnons de la réserve et de l’active, nos territoriaux du 89e, plus mûrs, mais aux ardeurs ralenties par l’âge, ont fait preuve sur le front, durant ces derniers mois, d’une grande vigueur et d’un esprit hautement patriotique. Aussi l’ordre du jour de félicitations qui leur a été adressé n’est-il qu’un juste hommage rendu à leur courage.

Un nouvel hôpital, destiné à remplacer les hôpitaux installés dans les casernes de Limoges — évacués pour permettre de loger les soldats récemment incorporés de la classe 1915—a été créé à l’école du Pont-Neuf, rue d’Auzette. Deux cents lits sont déjà occupés par des blessés et des convalescents. Les habitants des quartiers voisins ont prodigué les dons à cet hôpital, accomplissant ainsi un louable devoir de solidarité. (…)

Lire le reste de cet article »

Histoire des hôpitaux militaires temporaires de Brive sur la période 1914-1917

Quand la Grande Guerre s’invite à Brive 1914 – 1917 – Histoire de deux hôpitaux de l’arrière

Un livre de Jérémy Brunet , paru aux éditions PULIM, 2014, 25€.

Livre sur 2 hôpitaux de Brive

Brive, dimanche 30 août 1914 : la population attend, fébrile, l’arrivée de « ses » premiers blessés de guerre. « Un spectacle à la fois pénible et grandiose » l’attend. Brive entrevoit les premiers indices du drame qui se joue déjà sur le front. Les hôpitaux corréziens accueillent des soldats martyrisés par l’armement moderne de cette première guerre de masse industrielle. Très vite on s’organise pour porter assistance à ces hôtes exceptionnels nimbés de prestige. Une vague de générosité les enveloppe. Elle ne sera pas de trop pour pallier aux insuffisances initiales d’un service de santé qui entame le conflit avec une doctrine de prise en charge erronée. À l’orée de la guerre, un dépôt de blessés s’installe dans la caserne Brune. Rapidement prise de court, la structure ne doit son salut qu’au soutien de la population civile. Au début de l’année 1915, un nouvel hôpital est aménagé dans le collège Cabanis. Son installation n’est pas exempte de rebondissements malgré l’élan de solidarité locale dont elle fait l’objet. Bien desservie, Brive fait partie intégrante du vaste dispositif d’hospitalisation militaire de l’intérieur qui se construit et évolue au fil de la guerre. L’intrusion soudaine des blessés et des hôpitaux affecte la vie quotidienne de la population civile. La générosité spontanée des premiers temps se trouve peu à peu confrontée au prolongement imprévu de la guerre. La situation s’éternise, l’endurance charitable locale s’étiole…

Les archives du fonds 1914-1918 du service des archives médicales et hospitalières des armées, du centre de documentation du musée du service de santé ainsi que la presse locale corrézienne ont permis de reconstituer l’histoire des hôpitaux militaires temporaires qui ont fonctionné à Brive et dans ses environs pendant la Grande Guerre.

Découvrez le sommaire du livre sur le site des Presses Universitaires de Limoges

Le témoignage de Marguerite Genès, une briviste dans la Grande Guerre

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, les archives municipales de Brive ont lancé depuis l’été 2014 un site internet consacré aux écrits de Marguerite Genès (1868-1955) spécialiste de la langue occitane, enseignante et infirmière bénévole. Les cahiers qu’elle a rédigés consignent ses impressions et ses points de vue et permettent de découvrir la vie quotidienne et l’ambiance qui régnait à Brive pendant le conflit.

Blog Brive 14-18 Marguerite Genès

Les écrits de Marguerite Genès sont mis en ligne sur le blog au fur et à mesure du déroulement du centenaire. Ils sont complétés par des textes explicatifs élaborés par des élèves du Lycée Cabanis, partenaire de ce travail labellisé par la Mission du Centenaire.

Le site permet de suivre chronologiquement les écrits, et propose  dans son menu trois autres entrées : une présentation du projet , un focus sur Brive à la veille de la Grande Guerre, une biographie de l’auteure des écrits. En bas de page on peut également accéder à la consultation d’un glossaire.

Pour accéder au site cliquez sur l’adresse suivante : http://14-18.brive.fr/

Pour avoir plus de détails sur le contenu du site vous pouvez aussi parcourir les liens suivants :

http://www.brivemag.fr/2014/07/24/brive-au-quotidien-pendant-la-guerre-14-18/#more-114354

http://www.brivemag.fr/2014/11/11/des-lyceens-sur-les-traces-de-la-grande-guerre/#more-117472