2615 Morts pour la France de Haute-Vienne en 1916

Il y a exactement 100 ans, le 1er juillet 1916, commençait la bataille de la Somme. Au sein des armées françaises, les soldats de Haute-Vienne participent à cette bataille et sont aussi engagés depuis le 21 février 1916 dans la bataille de Verdun.

L’année des batailles

Après l’échec des grandes offensives de 1915 en Artois et en Champagne, les Français et les Britanniques décident de poursuivre leurs efforts en 1916 en attaquant le long de la Somme, mais ces plans alliés ne tiennent pas compte des intentions des Allemands qui pensant avoir vaincu les Russes, mettent au point une vaste offensive sur la forteresse de Verdun. Le début de l’opération allemande baptisée Gericht (Jugement) est prévu pour le 10 février, mais le mauvais temps le retarde au 21 février. La Ve armée du Kronprinz entre en action sur un font de treize kilomètres, appuyée par une énorme concentration d’artillerie qui est censée écraser préalablement les défenses françaises. Le fort de Douaumont tombe sans résistance le 25 février. L’offensive allemande s’élargie à la rive ouest de la Meuse, la crête du Mort-Homme est conquise le 8 mai, le fort de Vaux tombe le 7 juin. Le point culminant de l’offensive est atteint le 23 juin, mais dans un ultime effort les Allemands sont arrêtés devant le fort de Souville le 11 juillet. Le plan du général Falkenhayn a échoué, et il est remplacé en août à la tête de l’armée allemande par le maréchal Hindenburg. La bataille de Verdun va encore durer cinq mois,  et du mois d’octobre au 19 décembre qui en marque la fin, les Français vont reprendre l’essentiel du terrain perdu.

L’autre grande bataille de l’année 1916 est celle de la Somme, et elle concerne surtout les Britanniques. Elle s’ouvre le 1er juillet par un véritable massacre qui se solde par 20 000 morts et 40 000 blessés, les pertes les plus lourdes de toute l’histoire militaire britannique (1). Par la suite, l’utilisation en septembre de la nouvelle arme que représente le char d’assaut, évite un enlisement complet de l’offensive alliée. Cependant quand l’offensive s’arrête le 18 novembre, les Alliés ont perdu (morts, disparus, blessés) plus de 600 000 hommes pour une avancée territoriale d’à peine onze kilomètres…

(1) John Keegan, La Première Guerre mondiale.Éditions Perrin, 2013, page 365.

Malgré l’ampleur des pertes des deux grandes batailles de Verdun et de la Somme, les 2615 des Morts pour la France de Haute-Vienne en 1916 représentent un bilan annuel inférieur de 22% à celui des 3349 Morts de 1915.

Lire le reste de cet article »