Les cartes du site La Grande Guerre et le Limousin

Liste des 24 cartes du site et liens vers les articles associés

De nombreuses cartes portent sur les Morts pour la France du Limousin, avec en particulier des cartes très approfondies liées aux monuments aux morts de Guéret, Limoges, Panazol et Tulle et d’autres moins élaborées concernant les principaux lieux de décès des Morts pour la France de Haute-Vienne.

On présente également des parcours individuels de soldats comme ceux du creusois Jean Jamet dont on dispose des lettres échangées avec sa famille pendant le conflit, et ceux de Firmin Tarneaud et Henri Dumont en tant que personnalités de Limoges.

On retiendra également la carte consacrée à la statuaire féminine dans les monuments aux morts du Limousin qui est liée à l’exposition En mémoire d’elles, la carte sur les hommes politiques de la Grande Guerre qui invite à parcourir  le webdocumentaire intitulé Gouverner en temps de guerre

La dernière carte de la liste consacrée à la porcelaine à Limoges en 1905 n’est pas liée à la Grande Guerre, mais fait partie d’une exposition de Canopé sur Charles Haviland.

  Lien vers la carte Lien vers l’article associé sur le site
1 Morts pour la France des 201 communes de Haute-Vienne La base des Morts pour la France de Haute-Vienne construite par Canopé Limoges
2 Population de Haute-Vienne 1911-1921 Cartes interactives des Morts pour la France de Haute-Vienne de la Grande Guerre
3 Guerre 14-18 : hommage franco-allemand au Hartmannswillerkopf La commémoration du centenaire la déclaration de guerre au Hartmannswillerkopf
4 Principaux lieux de décès des combattants de Haute-Vienne le 28 août 1914 Le 28 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l’histoire de la Haute-Vienne
5 Quelques fermes célèbres dans le département de la Marne pendant la Grande Guerre  
6 Principaux lieux de décès des Morts pour la France de Haute-Vienne en septembre 1914 1310 morts pour la France originaires de Haute-Vienne en septembre 1914
7 Principaux lieux de décès des Morts pour la France de Haute-Vienne en octobre 1914 352 Morts pour la France originaires de Haute-Vienne en octobre 1914
8 Principaux lieux de décès des Morts pour la France de Haute-Vienne en novembre 1914 274 Morts pour la France originaires de Haute-Vienne en novembre 1914
9 Carte des Morts pour la France de Tulle La carte des Morts pour la France de Tulle
10 Les 62 Morts pour la France du 100e RI de Tulle  
11 MPF de Tulle du 100e RI et lieux de résidence  
12 Lieux de décès les plus meurtriers des MPF de Tulle  
13 Jean Jamet, soldat creusois pendant la Grande Guerre Jean Jamet, un soldat creusois pendant la Grande Guerre
14 Carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret La carte des Morts de la Grande Guerre de Guéret
15 Firmin Tarneaud (1894-1914) et Henri Dumont (1882-1918) La Grande Guerre a tué dans tous les milieux sociaux
16 Carré allemand du cimetière de Louyat à Limoges Les 142 soldats allemands de Louyat
17 Carte des Morts pour la France de Limoges La Carte des Morts pour la France de Limoges
18 Lieux de décès des victimes de la guerre de 1914 à 1922 pour la commune de Panazol Les victimes de la Grande Guerre de la commune de Panazol
19 Lieux de naissances des habitants de Panazol en 1911 et 1921  
20 Recensements de Panazol en 1911 et 1921 Les recensements à Panazol en 1911 et 1921
21 Lieux de décès des soldats de Vaulry pendant la Grande Guerre La commune de Vaulry en Haute-Vienne pendant la Grande Guerre
22 En mémoire d’elles. La statuaire féminine dans les monuments aux morts du Limousin En mémoire d’elles
23 Les hommes politiques de la Grande Guerre Les hommes politiques de la Grande Guerre
24 La porcelaine à Limoges en 1905 Exposition Haviland réalisée par Canopé

Le futur mémorial aux Limougeauds morts lors de la Grande Guerre

Le futur mémorial de la place Jourdan à Limoges

Initié au printemps 2014, le projet de mémorial en hommage aux soldats de Limoges Morts pour la France pendant la Grande Guerre va entrer dans sa phase de réalisation au début de l’année prochaine, afin d’être prêt pour le centenaire de l’armistice, le 11 novembre 2018.

Sur l’écritoire en granit noir qui entourera le monument aux morts actuel, figureront dans l’ordre alphabétique les noms des 3003 Morts pour la France de Limoges sur la période 1914-1919, auxquels ont été rajoutés 2 autres Morts pour la France reconnus postérieurement en tant que grands invalides de guerre ainsi que ceux des 5 fusillés pour l’exemple originaires de Limoges.

La répartition des noms en fonction des lettres de l’alphabet est très inégale. Dans la liste, les noms commençant par B sont les plus nombreux (435 noms ; 14,5% du total). Les 6 lettres B,D, M, C, L, P, rassemblent 62,1% des noms, alors qu’a l’opposé 9 lettres (voir fin du tableau ci dessous) rassemblent moins de 1% des noms.

► Pour plus de détails sur le projet : lisez l’article du Populaire du Centre publié le 12 décembre 2017.

***

Le classement des Morts pour la France de Limoges selon le nom

Un siècle après la Grande Guerre, se souvenir de ceux qui sont décédés lors de ce conflit, c’est d’abord leur donner un nom. Dans les petites communes, les noms sont gravés à jamais sur le monument aux morts, ce qui n’est pas le cas de villes plus importantes comme Limoges ou Tulle. D’où l’importance du travail mené par les Archives municipales de ces villes pour dresser cette liste de noms qui répond au devoir de mémoire.

Dans la liste des 3003 Morts pour la France de Limoges, on compte 1961 noms différents. 1476 noms figurent une seule fois (49% des Morts) et 485 noms (51% des Morts) figurent de deux à dix-sept fois (graphique 1). Ces statistiques traduisent la grande diversité du stock des noms en France par rapport à de nombreux autres pays. Cette diversité est cependant moindre que celle que l’on peut observer aujourd’hui, car la liste porte sur des générations nées à la fin du XIXe siècle, époque où l’effet des migrations de population au niveau national ou international reste encore faible dans un département comme la Haute-Vienne. Parmi les 9 soldats nés à l’étranger, seulement deux ont un nom à consonance étrangère : Korngut (né en Autriche) et Canellakis (né en Grèce). On note que cinq noms Thomas, Dupuy, Faure, Faucher, Texier, apparaissent de douze à dix-sept fois dans la liste, il s’agit de patronymes très courants dans le département. On remarque également la présence de noms typiquement haut-viennois comme Nouhaud (9 fois), Laplaud (4 fois), Boulesteix et Lathière (seulement 2 fois) (1).

(1) Article Patronymes et toponymes courants en Limousin : un déterminisme géographique. Auteur : Joselito Mancuso – Insee Limousin, novembre 2007.

Lire le reste de cet article »

Tulle 14-18, Portraits croisés

Exposition temporaire au Musée des Armes de Tulle

affiche_expo_Tulle_14-18

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, les Archives municipales de Tulle, vous proposent de découvrir le quotidien de la ville de Tulle. Bien qu’éloignée du front, toute la société tulliste est profondément bouleversée par le déroulement des évènements de 1914 à 1918.

L’exposition, réalisée à partir de documents publics conservés par les Archives municipales et d’archives privées collectées depuis 2014, cherche à mettre en lumière les particularités de la vie à l’arrière et les nécessaires adaptations dont ont dû faire preuve les Tullistes. Au travers du parcours de 4 personnalités célèbres ou anonymes, l’exposition doit permettre aux visiteurs de mieux appréhender les enjeux qui sont liés à la participation de l’arrière à l’effort de guerre. Pendant la période, la population double, passant de 15000 à 30000 habitants. L’afflux constant de blessés en provenance du front, de réfugiés fuyant les zones de combats et des soldats en permission crée une animation permanente dans la Préfecture corrézienne. Si les combats ont lieu à plus de 700 km, la guerre est toujours présente dans les esprits. Les familles des mobilisés sont d’abord partagées entre enthousiasme et inquiétude. Peu à peu, face aux restrictions, au contrôle exercé par les autorités, aux difficultés d’approvisionnement et aux décès des soldats qui s’enchaînent, la lassitude s’empare de tullistes qui ne voient pas le bout d’un conflit qui s’enlise. Confrontés à une censure et une propagande active, les Tullistes font preuve pendant le conflit d’une formidable solidarité et d’un dévouement exemplaire en participant à l’effort de guerre au sein des œuvres de secours ou dans les usines d’armement.

Source : Site de la ville de Tulle.

L’exposition se tient au Musée des Armes de Tulle du 15 octobre 2015 au 30 avril 2016. Elle sera inaugurée le jeudi 15 octobre 2015 à 18h.
Télécharger le dossier de presse

“Les quatre saisons sur le front de Jean Viallaneix”

Le carnet de guerre, intitulé « Les quatre saisons sur le front de Jean Viallaneix » a été achevé le 9 avril 2013. Il a été réalisé par l’école de Vitrac-sur-Montane en Corrèze, sous la conduite de Violaine Faramond-Pessayre, professeure des écoles. Le carnet retrace l’itinéraire de Jean Viallaneix, jeune Poilu originaire de Sarran qui fut tué sur le front le 25 septembre 1915. Il comporte des extraits de courrier, des photographies et il est illustré par les dessins des élèves.

Couverture du livre de l'école de Vitrac 19 -

L’école s’était engagée dans la participation au Concours “La Grande Guerre vue par les enfants petits artistes de la Mémoire”, organisé par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Le carnet a obtenu, le 23 avril 2013, le premier prix du Département de la Corrèze. Il a également reçu en 2014 le label “Centenaire” de la Mission du Centenaire de la Guerre 14-18. Le livre a été édité en janvier 2015 et 250 exemplaires ont été distribués dans toutes les écoles de la Corrèze.

Lire le reste de cet article »

Le souvenir des morts de la Grande Guerre en Creuse

Documents des Archives Départementales de la Creuse

 Les Monuments aux Morts

Document 1 – Une volonté précoce d’honorer les morts. Lettre du Préfet de la Creuse au Sous-Préfet de Boussac au sujet du vote par le Conseil municipal de Nouhant du principe de l’érection d’un monument aux morts pour la Patrie et d’une demande de subvention auprès de l’État. Guéret, 5 octobre 1915.

Télécharger (PDF, 144KB)

Lire le reste de cet article »