Quiz sur Jean Jamet, soldat creusois pendant la Grande Guerre

 Le parcours militaire de Jean Jamet à travers la correspondance avec sa femme entre février 1915 et septembre 1917

JAMET Jean-Baptiste RM 1150 entête

Source : Extrait du registre matricule de Jean Jamet, Archives départementales de la Creuse.

Jean Jamet, un soldat creusois pendant la Grande Guerre

Pour pouvoir répondre au mieux, vous êtes invité à lire l'article du site "Jean Jamet, un soldat creusois pendant la Grande Guerre" qui contient des indications biographiques et des résumés de la correspondance avec sa femme.
Départ
Félicitation - vous avez complété Jean Jamet, un soldat creusois pendant la Grande Guerre. Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%. Votre performance a été évaluée à %%RATING%%
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
1112131415
1617181920
Fin
Retour

Jean Jamet, un soldat creusois pendant la Grande Guerre

La correspondance de Jean Jamet n’est pas celle d’un héros de la Grande Guerre mais d’un père de famille de deux enfants qui écrit à sa femme pour la rassurer sur sa santé et lui raconter son quotidien de soldat au dépôt de Périgueux, sur le front à Verdun et à l’usine de Chambon-Feugerolles.

Jean-Baptiste Jamet est né le 22 août 1879 dans la commune des Mars du canton d’Auzances en Creuse. On en déduit qu’il appartient à classe 1899, ce qui permet de retrouver son registre matricule n°1150, en ligne sur le site des Archives départementales de Creuse. On apprend ainsi qu’il est le  fils de Pierre Jamet et d’Hélène Bouchet, domiciliés aux Mars, et qu’au moment du recrutement, il exerce la profession de maréchal-ferrant.

Jean (Jean-Baptiste est le prénom de l’état civil, mais dans la courrier qu’il échange avec sa femme pendant la Grande Guerre, il signe Jean) n’a pas fait de service militaire actif car le Conseil de révision de Guéret l’a ajourné pour faiblesse en 1900 et en 1901. Il est classé dans les services auxiliaires en 1902 et passe dans la réserve de l’armée active le 1er novembre 1903.

JAMET Jean RP 1901 Les Mars

Source : Recensement de population de mars 1901 de la commune de Mars. Site des Archives départementales de la Creuse. On apprend sur ce document que Jean est l’aîné âgé de 21 ans et qu’il a trois frères : Louis (15 ans) et deux frères jumeaux Victor et Eugène (10 ans).

Dix ans plus tard, suivant le parcours classique des obligations militaires, il passe dans l’armée territoriale le 1er octobre 1913. Entretemps, il s’est marié le 21 mai 1906 dans sa commune de naissance des Mars, avec Marie Eugénie Renard (indication en mention marginale sur son acte de naissance).

Au moment de la Mobilisation générale du 1er août 1914, Jean est un père de famille bientôt âgé de 35 ans. Il est classé service armé par la Commission spéciale de réforme de Guéret du 18 novembre 1914, et il est dirigé sur le 34e Régiment d’artillerie de Périgueux où il arrive le 14 janvier 1915.

Les lettres qui suivent proviennent d’un don du petit-fils de Jean Jamet aux Archives départementales de la Creuse qui en ont cédé gracieusement les images au Canopé de la Creuse. Il ne s’agit que d’une sélection et non de la correspondance intégrale.

Lire le reste de cet article »

Un webdocumentaire sur les traces du conflit 14-18 en Auvergne et Limousin

 

 Sept thématiques abordent, par l’image et le son (chansons d’époque) , les figures locales (René Viviani, Etienne Clémentel), les innovations (l’aviation), les faits marquants (présence des alliés américains, des prisonniers de guerre), qui ont survécu à la Grande Guerre.

Webdocumentaire Auvergne-Limousin

En Auvergne comme en Limousin, la “Der des Ders” ne s’est pas achevée à la 11e heure, du 11e jour, du 11e mois de l’année 1918. Ni avec la disparition, en 2008, à Brioude (Haute-Loire), de Louis de Cazenave, l’avant-dernier poilu français survivant.Des villes en campagnes, dans la pierre et dans les mémoires, en Auvergne comme en Limousin, si loin du front, les maux de l’histoire, un siècle après l’Armistice, ont laissé des traces indélébiles.

Petit atlas en ligne : 40 cartes sur la première guerre mondiale.

40 maps that explain World War I

by Zack Beauchamp, Timothy B. Lee and Matthew Yglesias on August 4, 2014

One hundred years ago today, on August 4, 1914, German troops began pouring over the border into Belgium, starting the first major battle of World War I. The Great War killed 10 million people, redrew the map of Europe, and marked the rise of the United States as a global power. Here are 40 maps that explain the conflict — why it started, how the Allies won, and why the world has never been the same.

 http://www.vox.com/a/world-war-i-maps

Map 5 The German and French war plans emphasized attacks

Site 40 maps 2000px-Schlieffen_Plan_fr.svg
German and French war planners both believed the war was going to be an offensive one. The German plan, conceived by strategist Alfred von Schlieffen, envisioned a rapid German march primarily through Belgium into French territory. The French strategy, Plan XVII, sent French troops directly across Franco-German border, as well as through Luxemburg and Belgium. This partially explains where the main battle lines were during the war, but according to some historians it means much more than that. A very contentious line of scholarship holds that World War I was caused by these plans, because every state believed that the key to victory was a quick offensive strike and that a war, under those terms, could be won quickly and comparatively cheaply.

Lire le reste de cet article »

Exposition itinérante “René Viviani (1863-1925)”

L’exposition des Archives Départementales de la Creuse présente en 15 panneaux le parcours de René Viviani : l’homme privé ; sa philosophie politique (socialisme indépendant, refus du socialisme organisé, pragmatisme et réformisme modéré) ; ses combats (le féminisme, l’anticléricalisme, l’attachement à l’Algérie) ; sa relation avec la Creuse (député de la Creuse, circonscription de Bourganeuf de 1910 à 1922, Conseiller général de Pontarion de 1912 à 1925, Sénateur de la Creuse de 1922 à 1925) ; l’homme d’État ( premier titulaire en  1906 du ministère du Travail et de la prévoyance sociale, Président du Conseil en 1914-1915) ; son action pendant et après la Grande Guerre , sa postérité (de l’apothéose républicaine à l’oubli, un regain d’intérêt aujourd’hui).

Affiche Exposition itinérante des ADC René Viviani

Sur le site des Archives Départementales de la Creuse :

► Descriptif et modalités d’emprunt

► Consulter le contenu de l’exposition

 

► Consultez l’article consacré à René Viviani (1862-1925) sur le site des Archives Départementales de Seine-et-Marne.