2615 Morts pour la France de Haute-Vienne en 1916

Il y a exactement 100 ans, le 1er juillet 1916, commençait la bataille de la Somme. Au sein des armées françaises, les soldats de Haute-Vienne participent à cette bataille et sont aussi engagés depuis le 21 février 1916 dans la bataille de Verdun.

L’année des batailles

Après l’échec des grandes offensives de 1915 en Artois et en Champagne, les Français et les Britanniques décident de poursuivre leurs efforts en 1916 en attaquant le long de la Somme, mais ces plans alliés ne tiennent pas compte des intentions des Allemands qui pensant avoir vaincu les Russes, mettent au point une vaste offensive sur la forteresse de Verdun. Le début de l’opération allemande baptisée Gericht (Jugement) est prévu pour le 10 février, mais le mauvais temps le retarde au 21 février. La Ve armée du Kronprinz entre en action sur un font de treize kilomètres, appuyée par une énorme concentration d’artillerie qui est censée écraser préalablement les défenses françaises. Le fort de Douaumont tombe sans résistance le 25 février. L’offensive allemande s’élargie à la rive ouest de la Meuse, la crête du Mort-Homme est conquise le 8 mai, le fort de Vaux tombe le 7 juin. Le point culminant de l’offensive est atteint le 23 juin, mais dans un ultime effort les Allemands sont arrêtés devant le fort de Souville le 11 juillet. Le plan du général Falkenhayn a échoué, et il est remplacé en août à la tête de l’armée allemande par le maréchal Hindenburg. La bataille de Verdun va encore durer cinq mois,  et du mois d’octobre au 19 décembre qui en marque la fin, les Français vont reprendre l’essentiel du terrain perdu.

L’autre grande bataille de l’année 1916 est celle de la Somme, et elle concerne surtout les Britanniques. Elle s’ouvre le 1er juillet par un véritable massacre qui se solde par 20 000 morts et 40 000 blessés, les pertes les plus lourdes de toute l’histoire militaire britannique (1). Par la suite, l’utilisation en septembre de la nouvelle arme que représente le char d’assaut, évite un enlisement complet de l’offensive alliée. Cependant quand l’offensive s’arrête le 18 novembre, les Alliés ont perdu (morts, disparus, blessés) plus de 600 000 hommes pour une avancée territoriale d’à peine onze kilomètres…

(1) John Keegan, La Première Guerre mondiale.Éditions Perrin, 2013, page 365.

Malgré l’ampleur des pertes des deux grandes batailles de Verdun et de la Somme, les 2615 des Morts pour la France de Haute-Vienne en 1916 représentent un bilan annuel inférieur de 22% à celui des 3349 Morts de 1915.

Lire le reste de cet article »

6 mars 1916 : déluge de feu sur Forges

Dans le cadre de la bataille de Verdun qui s’est engagée le 21 février 1916, deux soldats de la commune de Panazol sont tombés à Forges le 6 mars 1916, lors d’un nouvel assaut de l’armée allemande qui englobe maintenant la rive gauche de la Meuse. Il s’agit d’Henri Faure, né à Ambazac  en Haute-Vienne le 16 décembre 1882, domicilié au Petit Buisson à Panazol depuis le 28 décembre 1907, et de Jean Quanty, né à Lanouaille en Dordogne le 27 janvier 1883, domicilié au bourg de Panazol depuis le 18 août 1907. Dans les deux cas, il s’agit de soldats mariés avec enfants, ayant franchi la trentaine et appartenant au 211 régiment d’infanterie, régiment de réserve caserné avant le conflit à Montauban. La violence du bombardement, en prélude à l’attaque des troupes du Kronprinz, est décrite dans l’extrait de l’Historique du 211e RI, et il en résulte que nos deux soldats de Panazol sont portés disparus, avec même une incertitude sur le jour exact du décès pour le second…

Le champ de bataille de Verdun

Bataille de Verdun 5 03 1914

Lire le reste de cet article »

Le centenaire de la bataille de Verdun au théâtre

A Condat-sur-Vienne, l’acteur Jérôme Laguzet rend hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale pour le centenaire de Verdun. Dans son spectacle d’improvisation “Embrasse la petite”, il s’inspire des lettres de Sylvain Coudoin, un poilus haut-viennois, mort au combat en 1916.

C’est bientôt le centième anniversaire de la bataille de Verdun. Il y a 100 ans, jour pour jour, les combats faisaient rage.
Le 21 février 1916, commençait la bataille de Verdun. Grande bataille avec celle de la Somme, elle est l’une des plus meurtrières de la Première Guerre mondiale.

Pendant dix mois l’armée française et l’armée allemande s’affrontent. Les poilus résistent à l’offensive allemande, le résultat militaire est nul.
700 000 soldats sont victimes de cette bataille. Un peu plus de la moitié était des Français.

A la veille de cet anniversaire, certains décident de rendre un hommage aux victimes de la bataille de Verdun sur scène.
L’acteur Jérôme Laguzet se produit samedi 20 février 2016 à l’espace Confluence à Condat-sur-Vienne. Embrasse la petite” est un spectacle d’improvisations.

L’acteur, et metteur en scène, s’inspire des lettres de Sylvain Coudoin. Le poilus originaire de Bessine sur Gartempe écrivait à sa femme et sa fille depuis le champ de bataille à Verdun jusqu’à sa mort en mai 1916.

► Consultez la vidéo sur le spectacle “Embrasse la petite” (Sujet de Pascal Coussy et Marie Saint-Jours. Montage de Nicolas Colombeau).

Source : Site de France 3 Limousin, par Gwendoline Duval, le 20/02/2016

► Consultez également l’article paru dans le Populaire du 12/02/2016 : Embrasse la petite, espace Confluences, le 20 février

***

Sur le site Mémoire des Hommes du ministère de la défense, on trouve dans la base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale, les fiches individuelles de plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre. Depuis le 11 novembre 2014, on dispose également des 95 000 fiches concernant des soldats n’ayant pas obtenu la mention “Mort pour la France”. Chacun peut ainsi partir à la recherche de tous ces poilus tombés pendant les 52 mois du conflit, en particulier lors de la terrible bataille de Verdun en 1916.

COUDOIN Sylvain 27 05 1916 Bras Lire le reste de cet article »

Adama – Avant-première « Enseignants »

Le Réseau Canopé, en partenariat avec Zéro de conduite, a le plaisir de vous inviter à l’avant-première du long métrage d’animation Adama, de Simon Rouby (sélection officielle Festival d’Annecy 2015).

adama_01

Dans le cadre de son partenariat avec Zéro de conduite, Canopé vous informe de la sortie du film Adama : 21 octobre 2015.

Une avant-première gratuite pour les enseignants (sur réservation – voir plus bas) aura lieu le 04 octobre 2015 à 10h30 au Cinéma « Grand Ecran Centre » (11 place Denis Dussoubs) à Limoges.

Lire le reste de cet article »

Petit atlas en ligne : 40 cartes sur la première guerre mondiale.

40 maps that explain World War I

by Zack Beauchamp, Timothy B. Lee and Matthew Yglesias on August 4, 2014

One hundred years ago today, on August 4, 1914, German troops began pouring over the border into Belgium, starting the first major battle of World War I. The Great War killed 10 million people, redrew the map of Europe, and marked the rise of the United States as a global power. Here are 40 maps that explain the conflict — why it started, how the Allies won, and why the world has never been the same.

 http://www.vox.com/a/world-war-i-maps

Map 5 The German and French war plans emphasized attacks

Site 40 maps 2000px-Schlieffen_Plan_fr.svg
German and French war planners both believed the war was going to be an offensive one. The German plan, conceived by strategist Alfred von Schlieffen, envisioned a rapid German march primarily through Belgium into French territory. The French strategy, Plan XVII, sent French troops directly across Franco-German border, as well as through Luxemburg and Belgium. This partially explains where the main battle lines were during the war, but according to some historians it means much more than that. A very contentious line of scholarship holds that World War I was caused by these plans, because every state believed that the key to victory was a quick offensive strike and that a war, under those terms, could be won quickly and comparatively cheaply.

Lire le reste de cet article »